Articles

Les Noirs et les Palestiniens : ensemble avancer ou séparément se perdre

Le 19 janvier dernier, Dr. Michelle Alexander a écrit un excellent article sur la nécessité pour les intellectuels et les militants afro-américains de soutenir le peuple palestinien opprimé. Faisant référence au Dr. Martin Luther King et à sa condamnation de la guerre du Vietnam, quel qu’en soit le prix, elle a appelé ses concitoyens à être aussi courageux que le Dr. King: la cause palestinienne est l’une des luttes centrales du jour et de fait, comme Nelson Mandela l’a déclaré un jour, il n’y aura pas de liberté pour nous tous si les Palestiniens ne sont pas libres et traités avec la dignité que mérite l’être humain. C’est tellement vrai.

J’ai lu une myriade de commentaires positifs sur le courage du Dr Alexander. Tant d’Africains, de femmes et d’hommes du Moyen-Orient et de musulmans en général étaient si enthousiastes: c’est cela, c’est le chemin, c’est notre espoir! Unissons-nous autour des Palestiniens opprimés, parlons-en et osons faire face aux très puissants lobbys, que ce soit aux États-Unis ou ailleurs. C’est encourageant.

Soyons très clairs cependant. Comme il n’y aura pas de liberté pour les Afro-américains si leurs dirigeants ignorent aveuglément le calvaire des Palestiniens… il n’y aura pas d’avenir si les musulmans du monde entier – les musulmans occidentaux en premier lieu – ne sont pas impliqués dans la lutte contre le racisme et le système d’oppression auquel font face les Noirs aux États-Unis en particulier, en Occident en général et, bien entendu, dans les pays à majorité musulmane d’Afrique du Nord, du Moyen-Orient et d’Asie. Les musulmans ne peuvent se taire et faire semblant d’ignorer que le racisme contre les Noirs – même s’il est en contradiction avec les enseignements de l’Islam – fait partie de leur histoire et est parfois, malheureusement, un élément constitutif de leur façon de penser et de vivre. Les musulmans immigrés qui se sentent «américains» parce qu’ils croient et partagent le rêve américain tout en ignorant le «cauchemar américain» des Noirs – tel que décrit par Malcolm X – ne sont pas intégrés mais «désintégrés». Ce sont des «Américains» ou des Occidentaux au prix du fait d’être humains… Ils ont obtenu leur citoyenneté, ils ont perdu leur humanité, ainsi que leurs principes et leur dignité. C’est triste.

Ces luttes sont toutes liées et interdépendantes. Si vous vous sentez digne quand on parle de «votre» peuple, de vos opprimés, alors que vous disparaissez, négligez et ignorez «leurs» opprimés, «les autres», cela signifie que vous avez manqué l’essentiel. Vous vous trompez tout simplement. Vous vous trompez dangereusement. Tous les opprimés sont «nos» opprimés. La liberté des Palestiniens déshumanisés n’a pas de sens si l’on accepte que les Noirs continuent à être déshumanisés dans les « inner cities » et les prisons des États-Unis. Notre destin est commun.

C’est une seule et même cause: l’humanité est une et il n’y a aucune dignité dans la lutte sélective pour la dignité. C’est notre commune vérité.

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may also like