Actualités Articles

Les expertises de reconnaissance faciale innocentent Tariq Ramadan

Repost from Le réveil citoyen

 

Paule Emma Aline serait bien allée à la conférence de Tariq Ramadan le 9 octobre 2009, alors même qu’elle l’accusait de l’avoir séquestrée dans une chambre d’hôtel durant ce laps de temps. En effet, les récentes expertises de reconnaissance faciale visant à identifier Paule Emma Aline dans le public ont été versées au dossier. Elles accablent la partie civile.

Trois expertises de reconnaissance faciale attestent que la personne présente dans le public, ce 9 octobre 2009 serait Paule Emma Aline. Deux technologies de pointe ont été utilisées par les experts : l’une par un logiciel informatique, les deux autres par une analyse manuelle de la morphologie. Elles affirment toutes les trois qu’il s’agirait bien de Paule Emma Aline.

Ce que disent les expertises

C’est bien Paule Emma Aline qui apparaît sur la photo du public, avec une fiabilité de 75% déclare l’expert du premier rapport. « Nous estimons que la personne dans le public est l’individu recherché », conclut-il.

Cette agence experte dans la sécurité et la défense, utilisant une technologie informatique pointue de reconnaissance faciale, estime qu’il s’agit bien de la plaignante avec un taux de correspondance à 75 %, précisant qu’à partir de 50 % il y aurait déjà eu de grandes chances que ce soit elle.

Les deux autres expertises utilisent la reconnaissance faciale morphologique, technique par laquelle les experts calculent manuellement la morphologie du visage pour tenter d’identifier les similarités et les différences. Cette technologie utilise une méthodologie stricte et certifiée selon des standards internationaux de calcul des traits du visage. La conclusion des deux rapports souligne clairement qu’il y a des traits communs entre Paule Emma Aline et la personne dans le public. Ces rapports attestent qu’ « il y a plusieurs indices correspondants entre les deux personnes. Les images permettent de stipuler avec un indice de modération- dû à la qualité des images- que la personne A est la personne B. » conclut l’un des deux experts dans son rapport.

En effet, dans le cadre de l’enquête, Paule Emma Aline a versé au dossier des photos d’elle de très mauvaise qualité ce qui a compliqué l’analyse morphologique des experts en charge du dossier.

« Bien que la morphologie labiale et que l’anatomie nasale soient visibles sur les images de la Personne A, la qualité d’image n’est pas suffisante pour permettre de commenter sur des détails plus fins. » déclare l’une des expertes. Néanmoins, les deux expertises excluent qu’il ne puisse s’agir de Paule Emma Aline et déclarent qu’il existe un haut taux de probabilité qu’il s’agisse bien de la plaignante.

Ces expertises vont dans le sens des déclarations de Tariq Ramadan et balayent les accusations de viol et de séquestration de Paule Emma Aline.

Ces nouvelles expertises à charge de la partie civile viennent renforcer les différentes analyses faites précédemment. Notamment les expertises téléphoniques ayant permis de retrouver d’anciens messages de Paule Emma Aline. Elle déclarait notamment au sujet de cette conférence : “Je me ferai toute petite dans le public”.

Et maintenant ?

Cette dernière expertise est donc accablante pour la partie civile. D’une part, la plainte de Henda Ayari s’est effondrée, entre autres, à la suite de la découverte d’une série de messages pornographiques envoyés à l’intellectuel. Elle l’a harcelé durant des mois avant et après la période présumée où elle l’a accusé de viol; d’aure part, aujourd’hui, c’est Paule Emma Aline qui doit faire face à ces nouvelles expertises accablantes.

« L’expertise établit que la partie civile se prétendait séquestrée dans une chambre alors qu’elle était à la conférence, c’est une preuve indiscutable que la partie civile ment », déclare l’avocat de Tariq Ramadan, Me Marsigny.

Il demande l’abandon des charges contre son client. La démise en examen du professeur Tariq Ramadan sera étudiée dans les prochaines semaines. Les nouveaux éléments risquent de faire basculer les plaignantes au statut d’accusées.

Dimitri Martin

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may also like